La vision des vignerons a changé et reflète l’intérêt du consommateur actuel qui est attentif à sa consommation raisonnée et répondant à certains principes de qualités. L’idée principale est de concilier des démarches environnementales en mêlant l’économie et le social au sein de l’exploitation viticole.

1) La problématique de la maîtrise de l’énergie et de la consommation dans les domaines du Languedoc-Roussillon

La région du Languedoc-Roussillon a évalué la consommation de l’eau et de l’énergie dans les domaines afin d’apporter des solutions innovantes pour l’économie des ressources suivant l’itinéraire technique de la vinification. On sait que plus de 50% de la consommation d’énergie sur les exploitations viticoles sont dû à la vinification et aussi a l’architecture de la cave. De nos jours, le coût de l’eau et de l’énergie augmentent et qu’il est indispensable de réfléchir aux différentes façons d’économiser les ressources naturelles et fossiles. Lors des différentes étapes de la vinification, l’eau et l’électricité sont utilisés pour la fabrication du vin, que se soit pour l’étape du pressurage avec les diverses machines employées : érafloir, pressoir. Lors de la cuverie, avec l’utilisation de machine pour thermo-réguler les cuves. La caves a fût quant à elle n’utilise pas d’énergie car c’est un système de ventilation naturelle qui est utilisée. Au niveau de l’architecture, on distingue des caves plus ou moins récentes, les plus anciennes et les plus consommatrices d’énergie sont construites avec des charpentes en bois, des tuiles, des murs en pierre et des sols en bétons souvent isolés avec des matériaux non naturels. Les plus récentes quant à elles sont semi enterrées ou enterrées et possèdent une architecture plus respectueuses. L’eau est majoritairement utilisée pour le nettoyage lors de la vinification mais aussi pour la mise en bouteille. Dans le Languedoc-Roussillon, on distingue la place à la consommation d’énergie et d’eau importante car l’architecture ou les méthodes de vinification ne sont pas ou trop peu dans l’optique du développement durable. Pourtant, ces méthodes seraient un atout pour économiser et optimiser le travail.

2) Les différentes démarches possibles dans les domaines viticoles:

Depuis quelques années l’univers viticole a suivis un nouveau mode de production qui répond à un cahier des charges précis et à un engagement fort. Ce mode de production qui est l’agriculture raisonnée, ne se résume pas seulement à l’habitude de l’exploitation mais l’architecture viticole répond également à la volonté de suivre une démarche écologique.A travers des exemples, nous avons montré l’importance de l’écologie et la valorisation des patrimoines viticoles grâce à un engagement qui rentre dans le cadre du développement durable et l’utilisation de matériaux de l’écoconstruction.

 

3) Quelques exemples de l’écoconstruction:

Nous avons trouvé de nombreux domaines viticoles à vision développement durable dans la région du Languedoc-Roussillon. Chaque domaines ont leur particularités mais ce rejoignent bien évidemment sur leur engagement et leur volonté de s’engager durablement dans l’univers de l’environnement.  Cet engagement peut se traduire par l’utilisation de panneaux photovoltaïque, l’utilisation de pierres locales (pierres du pont du Gard) et d’un puits canadien. Afin de valoriser cette volonté de nombreux labels sont en place par des institutions du vin français. La labellisation se fait dans le cadre du respect d’un cahier des charges précis.

domaine1(Photo via site internet www.perraudinarchitecte.com)

Aurore Chiron-Delbecq et Armelle Moings

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>