Marie Muller est chargée de la partie commerciale et administrative au niveau local ainsi que de l’organisation du caveau au Château St Louis la Perdrix. Elle s’occupe également de la communication du domaine et de la gestion des dossiers d’accueil du public et de la mise en place d’événements en lien avec l’œnotourisme. Ses missions contribuent à attirer un large public sur le domaine. Le château Saint-Louis la Perdrix s’étend sur le terroir le plus au sud de la Vallée du Rhône, un terroir qui a acquis sa réputation dès le XIIème siècle, comme un haut lieu de vénerie du roi Saint Louis. Le domaine combine conduite de la vigne traditionnelle et engagement en agriculture raisonnée.

Son cursus

Elle a fait partie de la première promotion de Licence Professionnelle Œnotourisme et Projet Culturel. Marie a obtenu auparavant un BTS Ventes et Productions Touristiques après avoir commencé une licence en Langues Étrangères Appliquées (LEA). Son orientation professionnelle est issue d’une passion familiale pour le vin, elle a donc souhaité spécialiser sa formation touristique dans cet univers.

Sa définition de l’œnotourisme

C’est une conjonction de différents paramètres mettant en avant le produit viti-vinicole par le biais de la culture, du patrimoine ou encore de la nature, dans le but d’accueillir les clients sur le domaine et ainsi de valoriser le produit vin et le travail humain qui s’y rattache.

Les qualités requises pour faire de l’oenotourisme

Selon Marie, la créativité ainsi que la polyvalence sont les maîtres-mots pour exercer son métier malgré la faiblesse des moyens financiers qui reste très forte au sein des domaines viticoles : la créativité permet de compenser les insuffisances budgétaires et de mettre en place des activités qui sortent de l’ordinaire.

Et l’avenir ?

Grâce à sa participation à plusieurs événements ainsi qu’à son cursus au sein de la licence professionnelle, Marie s’est créée un réseau important. Ses projets actuels seraient de développer l’accueil à la propriété conformément aux souhaits des nouveaux propriétaires qui ont envie de faire bouger les choses et de drainer un flux important d’amateurs de vins sur ce domaine historique des Costières de Nîmes.

Ses conseils pour ceux qui souhaitent se lancer

Il faut prendre conscience qu’il faut être polyvalent, car sur beaucoup de propriétés, on ne peut pas se centrer seulement sur l’oenotourisme, il faut aussi s’intéresser à l’activité administrative et commerciale. Il est également important de bien connaitre ses centres d’intérêt pour s’orienter vers les bonnes entreprises (organismes institutionnels, domaines viticoles…) et pouvoir exercer un métier qui plaît au quotidien. Et elle nous conseille pour finir : « il faut y aller à fond et partager sa passion du vin !».

D’après une interview réalisée à l’automne 2016 par Blandine Gonzalès et Élisa Serrier
étudiantes en Lpro OPC, promotion 2016-17

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>