Pierre Miseriaud est responsable oenotouristique au Domaine Eric Louis – Celliers de la Pauline. c’est un domaine qui produit des Vins de Sancerre, du Pouilly fumé, du Menetou Salon et du Quincy, du Crémant de Loire et quelques vins de cépages (pinot noir et sauvignon blanc).

Cursus

Motivé tout d’abord par une carrière de professeur, il a suivi pendant deux ans une licence d’histoire-géographie avant de se passionner pour les langues. Il part alors travailler un an à Londres afin de perfectionner son anglais et découvre le monde du tourisme. De retour en France, il obtient un BTS Tourisme avant d’intégrer la Licence Professionnelle Œnotourisme et Projet Culturel. Son stage professionnel à Vouvray au Château de Valmer lui a permis de découvrir le métier de responsable oenotouristique. Il a eu l’opportunité de réaliser les visites des jardins, du vignoble et du château mais a également participé à la gestion de la boutique. Une expérience qu’il a su valoriser dans son emploi actuel.

Ses missions au quotidien

A son arrivée, il a dû faire un diagnostic oenotouristique de l’entreprise pour définir les stratégies qu’il allait mettre en place. Son activité au quotidien requiert une certaine polyvalence qu’il apprécie beaucoup et une flexibilité sur les horaires car il doit adapter son emploi du temps à certains projets. Il doit passer des journées complètes au caveau à la belle saison et se consacrer le reste de l’année à des activités plus administratives : faire du community managment, gérer la relation avec les ambassadeurs du domaine, organiser les visites commentées et les évènements ponctuels. Actuellement, il développe le e-commerce du domaine avec la mise en place d’un site de vente en ligne. Durant la saison touristique, il s’occupe de l’accueil des clients au caveau mais également des dégustations et des visites commentées. Il se souvient de ce que lui a dit le propriétaire du domaine lors de son embauche : «Tu représentes l’image du domaine à l’extérieur ! ». La clientèle est principalement de visiteurs locaux mais aussi des Parisien et Bretons. Il y a aussi de clients étrangers avec majoritairement des belges mais également des Hollandais, Anglais, Américains et Allemands.

Sa définition de l’œnotourisme

L’œnotourisme évoque pour lui des notions de typicité, et de «vieille France». Pierre apprécie de pouvoir communiquer les valeurs d’un terroir ou d’une région. Ici, à Sancerre, il n’y a pas un esprit de concurrence mais plutôt de solidarité. Il veut partager le terroir avec les visiteurs.

Les compétences et les qualités attendues pour exercer ce métier

Selon Pierre, la qualité la plus importante est la maitrise de la relation et l’aisance à l’oral. Bien accueillir les clients et transmettre une bonne image du domaine est essentiel. Il faut aussi être capable de gérer les réseaux sociaux présents dans l’œnotourisme ainsi que le site internet qui génère pour le domaine un fort trafic. La créativité a également une place importante car ll faut toujours innover dans ce secteur d’activité.

Ses projets

Il a plusieurs projets en perspectives comme ouvrir un gîte et/ou des chambres d’hôtes. Il pense également qu’il est possible de se diriger vers le domaine commercial ou événementiel pour développer l’activité œnotouristique.

Son conseil

Ne pas oublier de souligner la rareté et la singularité de la formation lors de son insertion professionnelle, développer et cultiver ses compétences dans le domaine du numérique qui prend de plus en plus d’importance dans le secteur.

D’après une interview réalisée à l’automne 2016 par Laura Danjaume et Élise Trébuchon
étudiantes en Lpro OPC, promotion 2016-17

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>