Médias et médiatisation : Le vin sur la toile

Grâce à Internet,  l’information est accessible à tous, il est très facile et rapide de se renseigner sur un sujet quelconque. De nos jours, Internet est un média privilégié par la population. Ainsi, on constate une progression dans l’apparition des blogs et en particulier sur le thème du vin et la gastronomie.

1) Les blogs

Ce média apparu dans les années 2000 permet à un individu de créer un site semblable à un journal intime publique où il rédige des articles sur ses intérêts, ses découvertes… L’objectif est de partager son univers mais aussi des conseils aux internautes qui le suivent. La différence fondamentale entre un site web et un blog est la forme ; un site web possède une apparence formelle et parle de manière indirect tandis qu’un blog est personnel à son créateur, le blogueur parle à la première personne et s’adresse directement à ses lecteurs. Ces derniers peuvent également intervenir sur le blog en postant un commentaire ou en partageant l’article du blog qui leur a plu sur les réseaux sociaux. Certains blogueurs ont réussi à percer dans ce domaine et à en faire leur métier. De nombreux blogs sont donc apparus touchant différents thèmes tels que les conseils mode et beauté (cf Miss Pandora, Carnet Prune, Babillages), le voyage (cf L’oiseau Rose, Carnets de Traverse, Le Sac à Dos) les Arts (cinéma, bricolage maison (DIY), peinture, etc) et bien d’autres. Petit à petit les blogs sur la gastronomie et sur le vin naissent sur la blogosphère. Les blogs de gastronomie proposent des recettes modernes et  faciles à réaliser, soulignent l’importance de l’esthétique d’un plat une fois dans l’assiette et peuvent s’étendre également sur les accords mets et vins (cf Papilles & Pupilles). Ainsi, la « belle » gastronomie est désacralisée et accessible à n’importe qu’elle personne qui aime la cuisine. Voici quelques blogs évoquant le vin et la gastronomie.

 

a) La Wine-ista

Ingénieur Agronome et œnologue, spécialisé en marketing et en commerce du vin, Audrey Martinez est également vigneronne au Domaine La Vivarelle et blogueuse durant son temps libre. On peut dire que la créatrice du blog « La Wine-ista » est « tombée dans la cuve étant petite » puisque (outre le fait qu’elle a réellement failli naître dans une cave coopérative) le « vin » est un mode de vie dans sa famille. C’est après 8 ans d’expérience professionnelle en tant qu’œnologue et commerciale dans le vin qu’Audrey Martinez décide de créer son blog. Son objectif est de partager son « goût » pour le vin, ses découvertes, ses idées sorties, ses conseils mets & vins… en résumé sa passion pour la vigne. La « Wine-ista » est également féministe et fière d’être une femme dans un monde d’hommes et soutient d’autres femmes ayant emprunté la même voie qu’elle.

b) Le Petit Ballon

En 2010, d’un passé musicien, Martin Ohannessian se rend compte qu’à trente ans il n’a aucune connaissance sur le vin. Il tente de suivre des cours d’œnologie mais fini par trouver ça trop complexe et onéreux. Martin se lance alors dans un concept innovant qui fait déjà fureur aux Etats-Unis : les box. Née alors l’idée de box de vin très peu présente en France. Le nom « Le Petit Ballon » né autour d’une table entre amis, le logo est créé par le petit frère de Martin, Augustin.

Cependant, sans grandes connaissances du vin, il est difficile de composer des box de vin. S’en suit de longs entretiens avec de nombreux œnologues mais sans succès, beaucoup trop pointus pour l’équipe. Alors que tout semble sans espoir, il décide de se donner une dernière chance avec Jean-Michel Deluc, le plus grand sommelier du monde. Et ce fut une réussite, ce dernier était emballé du concept et de devenir le sommelier de millions d’abonnés. De plus, un troisième fondateur vient se joindre à l’équipe, Mathieu Lesne, ancien camarade de promo. Et c’est ainsi qu’en 2011 est créé Le Petit Ballon. L’entreprise, qui avait pour premiers abonnés l’entourage, prend vite de l’envergure et l’appartement des garçons s’est vu transformé en entrepôt. C’est donc en 2013 que l’équipe investi dans une cave afin d’optimiser un lieu de rencontre avec les abonnés et permet aussi d’avoir un lieu de stockage. En 2014, Le Petit Ballon a 10 000 abonnés, puis l’année suivante il commence à conquérir le marché en Belgique et au Royaume-Uni. En 2016 il sort un 1er guide du vin et comptabilise 60 000 abonnés et 1 millions de bouteilles expédiées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *