L’Architecture: mise en valeur du vin à travers les parcs oenotouristiques et les cités du vin

Par quels moyens le monde du vin vient-il, à travers l’architecture, à la rencontre du consommateur ?

Dans le cadre de notre travail de recherche sur le lien entre Vin et Architecture, nous avons souhaité nous intéresser à une problématique contemporaine : la mise en valeur du vin à travers les parcs oenotouristiques et les cités du vin. Nous nous sommes demandées par quels moyens le monde du vin vient, à travers l’architecture, à la rencontre du consommateur.

 

Les parcs oenotouristiques

Dans un premier temps nous nous sommes penchées sur les parcs oenotouristiques (Hameau Duboeuf et Imaginarium) qui proposent une expérience ludique dans les vignobles mais hors des vignes. Depuis plus de 20 ans, ces parcs se sont développés en régions et offrent au public une expérience différente des habituelles visites de vignobles.

Imaginarium à Nuits-Saint-Georges
Imaginarium à Nuits-Saint-Georges

 

Les cités du vin

Nous nous sommes ensuite tournées vers la notion « d’oenotourisme urbain », c’est-à-dire les différents types de structures qui existent dans les villes et qui ont recours à l’architecture, souvent sous sa forme la plus grandiose. Nous nous sommes fondées sur divers exemples existant en France et à l’étranger : Vinopolis à Londres, le National Wine Centre of Adelaide en Australie, les Caves du Louvre à Paris.

Puis nous avons étudié les projets en cours qui devraient voir le jour dans les mois ou années à venir : la Cité du Vin à Bordeaux, le Carré du Palais en Avignon et la Cité des Vins de Bourgogne. Enfin, afin de montrer que le lien entre vin et architecture peut être aussi éphémère que pérenne, nous nous sommes intéressées au pavillon France de l’exposition universelle 2015 à Milan.

 

A travers tous ces exemples divers et variés, nous avons pu constater que l’architecture constitue un véritable lien entre le vin et le consommateur et que toutes ces structures architecturales urbaines représentent une véritable porte d’entrée vers les vignobles.

Pour accéder à l’étude complète : Architecture, mise en valeur du vin à travers les parcs et cités du vin

L’architecture éco-responsable des domaines viticoles

 » Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants « 

 

Très sensibles au développement durable et au respect de l’environnement, nous nous sommes focalisées sur l’aspect éco-responsable de l’architecture des domaines viticoles.

En France, le bâtiment consomme 45% de l’énergie et émet ¼ des gaz à effets de serre, le gouvernement a ainsi mis en place, des incitations à l’éco-rénovation et à écoconstruction. Ce secteur constitue donc un enjeu prioritaire tant en manière de lutte contre le réchauffement climatique qu’en matière de lutte contre la précarité énergétique.

Le principe de développement durable repose d’abord sur un état d’esprit et une philosophie de vie,et touche de plus en plus le milieu de l’agriculture et de la viticulture.
Une grande majorité des domaines viticoles sensibles au développement durable mettent en place une démarche globale visant au respect de l’environnement dans toutes les phases de leur travail. La conception du lieu de production et de l’accueil ainsi que les techniques matérielles utilisées sont des étapes clés de cette démarche.

Les principes d’une construction éco-responsable

L’un des aspects forts de cette architecture est la notion d’architecture bioclimatique. La construction de toutes architectures dites bioclimatiques, notamment les chais en domaine viticole, repose sur une étude approfondie du site, de l’environnement proche, de la biodiversité et de ses caractéristiques. Le climat est également l’un des points importants à analyser au préalable pour déceler les risques naturels et les bénéfices que l’utilisateur peut en tirer.
L’architecture bioclimatique s se spécifie notamment par le choix de matériaux appropriés (paille, bois, chaux, etc), le recours à des techniques de circulation d’air, l’utilisation du rayonnement solaire ou de la géothermie, et la récupération des eaux de pluie.

La construction des chais, au-delà des aspects strictement fonctionnels, s’inscrit souvent dans une démarche originale d’architecture, expression d’une culture voire d’une philosophie de vie, destinée à exprimer auprès du public l’image d’un vigneron, d’un travail et d’un produit. Certaines caves ont été construites ou réhabilitées comme de véritables oeuvres d’art, s’intégrant le plus souvent dans les valeurs patrimoniales et dans le paysage environnant.


A travers nos recherches, nous avons constaté que l’architecture éco-responsable viticole prenait des formes extrêmement variées en fonction de la démarche qui en est à l’origine. Ainsi, on peut se demander comment intégrer une démarche éco-responsable au sein de l’architecture viticole?

A travers des exemples de domaines viticoles du monde entier, nous avons montrer les principales caractéristiques de ce type d’architecture.

Une démarche nécessaire dans notre monde actuel

Nous avons articulé notre réponse autour de trois parties, tout d’abord l‘architecture éco-responsable au sein des domaines viticoles avec une explication des principes de construction, l’utilisation des énergies renouvelables et les difficultés et contraintes de cette initiative.
D’autre part, nous nous sommes concentrées sur les bénéfices de ce type d’architecture en terme de plus-value culturelle et touristique, puis de la valorisation des labels et des certification et enfin des intérêts économiques d’une telle démarche.

Pour finir, nous avons élargit notre dossier sur la recherche d’une démarche éco-responsable plus globale, notamment l’utilisation d’une viticulture adaptée à cette démarche, l’utilisation de produits recyclés ou de techniques anciennes valorisant le travail de la vigne, puis pour terminer l’émergence d’un nouveau courant, l’éco-oenotourisme.

Nous vous invitons à jeter un œil sur notre dossier, si le sujet vous a intéressé ! Cliquez => ICI

éco oenotourisme

Laura Pic et Mathilde Plouzeau

Une coopération au service des coopératives !

Cdf-LanguedocRoussillon Au nombre de trois, Cathy, Isore et moi-même avons décidé, dans le cadre du projet tuteuré, de réponde à une demande de Coop de France Languedoc Roussillon et de la région.

 

Nous avons chacune des parcours et des origines professionnelles très différentes.

Cathy professionnelle dans le monde de l’Art, et gérante d’un gîte rural dans le Piémont-Cévenole. Elle cherche, à travers cette licence pro, acquérir des connaissances indispensables du monde du vin et une légitimité supplémentaire pour son activité d’hôte.

Isore est de formation commerciale (BTS NRC), elle a mis un pied dans le monde du vin par un stage révélateur dans une entreprise de packaging dans le vin. Sa curiosité ayant été éveillée, c’est dans l’œnotourisme qu’elle souhaite continuer grâce à cette licence.

Marine, champenoise, ayant grandi dans les vignes grâce à ma famille, j’ai obtenu mon BTS Tourisme en Juin 2014. J’ai très rapidement fait le lien entre ma passion pour les bulles et ma formation en tourisme : l’œnotourisme. Je souhaite, grâce à la licence, acquérir des connaissances solides de la filière vin, et ainsi pouvoir développer davantage le tourisme vitivinicole en Champagne, encore timide aujourd’hui.

 

Création et recherche sont les maîtres mots de notre projet !

Nous devons répertorier les activités œnotouristiques dans le Gard : rédaction d’un questionnaire, déplacement sur le terrain, dépouillement sont nos tâches.

 

Nous avons également carte blanche pour l’imagination de supports de communication (vidéo, livret, affiche, mascotte, personnages …) Le but étant de faire partager les valeurs fortes de la coopération viticole(qui au passage, ne représente QUE 50% de la production de vin en France !)

 

L’architecture des caves a une grande importance dans notre travail, car plus de 500 caves en Languedoc Roussillon, présentent un intérêt architectural fort. Elles sont regroupées dans un très bel ouvrage appelé CAVES sur lequel nous appuyons nos recherches.

Au delà de l’architecture, nous essayons d’intégrer le Street Art dans notre travail ! Cela pourrait devenir une piste d’évènementiel à l’échelle de la région…

 

 

Même si le temps nous est compté, nous espérons aussi pouvoir dégager des pistes de création d’une offre packagée !

 

Beaucoup de travail, mais beaucoup de passion, car nous avons la chance de bénéficier d’un encadrement fort, et d’un projet qui au delà des tenants et aboutissants nous forme et nous donne accès à des connaissances précieuses du territoires.

Le Domaine Cabanis, un domaine de charme ambitieux dans les Costières de Nîmes

bandeau_domaine
Le Domaine Cabanis, un domaine en bio

 

Accompagnée de ma chère camarade Laurie Bidon, nous travaillons actuellement avec le Domaine Cabanis, dans le cadre de notre projet tutoré.

Sur les hauteurs de Vauvert, entre vignes, forêts et prés, le Domaine Cabanis apparait comme un lieu béni des Dieux. A moins que ce ne soit le passage d’une reine exilée de Madagascar, c’est d’ailleurs le nom du mas, choisissant de faire une halte sur ces terres lors de son voyage en Algérie, qui lui offre une telle quiétude. Continuer la lecture de « Le Domaine Cabanis, un domaine de charme ambitieux dans les Costières de Nîmes »

Projet tutoré – Mise en tourisme au Domaine d’Ériane

Groupe de projet tutoré au domaine d’Eriane à Saint Mamert du Gard auprès du commendaitaire clodéric PRADE.

Notre projet tutoré est réalisé au Domaine d’Eriane à Saint Mamert du Gard. Ce Domaine est en pleine reconvertion en agroforesterie et souhaite se développer au niveau de l’oenotourisme. Continuer la lecture de « Projet tutoré – Mise en tourisme au Domaine d’Ériane »

L’oenotourisme ou l’art de raconter des histoires…

story tell 3

 

Oui mais pas n’importe quelle histoire, l’Histoire… celle qui enfant sur les genoux de ses parents, ou encore dans les bras de ses grands-parents, nous plonge dans un tout autre univers, notre imaginaire. Pendus aux lèvres du narrateur, les yeux grands ouverts, attentif, c’est là que la magie opère… Et bien se laisser aller, rêver, prendre le temps d’écouter un conte n’est pas réservé qu’aux enfants; bonne nouvelle! C’est en pratiquant l’oenotourisme que l’on peut renouer avec ces agréables sensations.

Aujourd’hui, quel domaine viticole soucieux de développer l’oenotourisme ne propose une visite de son vignoble ou encore une dégustation? Ces activités se sont banalisées, entraînant un fort besoin de se différencier. Le story-telling serait non seulement une arme de distinction mais de séduction. S’inspirer du riche patrimoine historique viticole, s’imprégner des légendes régionales, révéler les secrets de fabrication… pour proposer une scénarisation de la pratique oenotouristique, dans le but de faire appel à l’imaginaire du consommateur, susciter une vive émotion, et rendre, on l’espère, l’expérience inoubliable.

Le story-telling serait alors l’outil professionnel indispensable aux futurs agents oenotouristiques. Mythe ou réalité marketing ?

 

cotes du rhonebordeaux

Petite leçon de story telling appliquée

Château La Coste

Dans le cadre de la Licence Professionnelle Oenotourisme et Projet Culturel de Nîmes, les étudiants ont eu la chance de comprendre et de manier le « story telling ». Le story telling, c’est une façon de transmettre un message de façon ludique, dramatique ou, pourquoi pas, romanesque en racontant ou plutôt en contant des histoires. Deux versions d’un même événement vous feront vivre en quelques lignes une journée de la vie d’un étudiant en Oenotourisme. Petite leçon de story telling appliquée à la sortie des étudiants au Château La Coste, en Provence.

Les étudiants de la Licence Pro "Oenotourisme et Projet Culturel au Château La Coste"
Les étudiants de la Licence Pro « Oenotourisme et Projet Culturel au Château La Coste »

 

Version 1

« Par un magnifique matin d’automne, de jeunes aventuriers du tourisme et du vin se retrouvèrent à la croisée des chemins pour partir à la découverte d’un Château en Provence. Le soleil brillait, le ciel était bleu, ils se saluèrent, montèrent guillerets dans le carrosse qui les mèneraient à bon port et tous commencèrent à rêver aux trésors qu’ils y découvriraient: paysages de vignes merveilleux, monuments anciens, modernes ou majestueux, mais surtout: doux breuvage voire nectar des Dieux.

Après avoir parcouru une centaine de milles sur des petites routes sinueuses à travers des forêts de pins, les aventuriers touchèrent à leur but. Le château se dressait enfin devant eux.

Un riche Irlandais en avait fait la conquête quelques années auparavant et avait apporté de sa nordique contrée sa passion du vin et de l’art. Il avait invité des maîtres du monde entier à venir enchanter son extraordinaire jardin de leur créativité. Après que ses gens de maison eurent aimablement accueilli nos aventuriers, ils les emmenèrent à la découverte de la propriété. Ils leur firent visiter des caves magiques aux odeurs enivrantes dans lesquelles le nectar était créé. De la récolte des baies sucrées à la mise en bouteille du breuvage finement élevé, tout leur fut conté. Enfin ils purent, euphoriques, porter à leur bouche des coupes de verre qui en contenaient une petite quantité.

Afin de se remettre de leur long périple et de cette matinée, les aventuriers du tourisme et du vin furent invités à faire bonne chère aux abords du jardin, sous le Pavillon de Musique construit par le célèbre Franck Gehry. Ils se délectèrent de mets succulents et goutèrent encore au nectar que le plus âgé d’entre eux avait décidé de leur offrir.

Ils se délectèrent d'un succulent nectar...
Ils se délectèrent d’un succulent nectar…

Puis ils décidèrent de s’engouffrer dans les méandres du jardin encore inexploré. Ils suivirent les chemins qui s’y dessinaient et se laissèrent charmer par une errance flâneuse qui était sans cesse interrompue par l’irruption renouvelée d’une œuvre de maître toujours plus inattendue et surprenante que la précédente. Ils passèrent des portes gigantesques, découvrirent des grottes et des chapelles, firent tomber des barrières, rencontrèrent des araignées géantes, parlèrent du passé, du présent et de l’avenir.

Ils rencontrèrent des araignées géantes...
Ils rencontrèrent des araignées géantes…

Mais le temps passait. La nuit allait tomber. Et nos aventuriers durent reprendre la route et retourner d’où ils étaient venus. Ils remontèrent guillerets dans le carrosse qui les mèneraient à bon port et tous se mirent à songer aux trésors qu’ils avaient découverts et aux histoires fabuleuses qu’ils pourraient conter à leur retour. »

Version 2

« Réveil 6h30. C’est dur. On a rendez-vous à 8h avec les autres. On monte dans le bus et il y en a qui finissent leur nuit. On fait 150 kilomètres pour aller visiter un domaine du nom de « Château La Coste ». Sauf qu’il n’y a pas de château sur ce domaine. Une sommelière qui fait office de guide nous montre l’érafloir, le pressoir, la cave, le chais. Ça sent fort la dedans. Une odeur de raisins fermentés. Puis on déguste les vins. ‘Sont pas mauvais. Vers 12h30, on pique-nique sur l’herbe à côté d’un espèce de préau qui s’appelle le « Pavillon de Musique ». Un certain Franck G-quelque-chose l’a construit en Grande-Bretagne. Mais le riche Irlandais amateur d’art qui a acheté le domaine l’a fait rapatrier pour le mettre là. Sur un domaine viticole. Le rapport? Oh! C’est de l’art, hein!

 

Le Pavillon de Musique de Franck Gehry.
Le Pavillon de Musique de Franck Gehry.

Le prof est sympa, il a acheté une bouteille. On boit un peu de vin. Mais très peu: on est quand même là pour travailler! Puis on fait le circuit dans le jardin. Il n’y a aucun panneau. On sait pas où on va. Et puis tout à coup, entre un arbre et un buisson, il y a un espèce d’immense menhir jaune pétard. Ou alors une croix de boules rouges. Plus loin un faux chat enfermé dans une barrique. Marche et que tu remarches et que ça monte et que ça descend. On rentre dans une espèce de grotte, on s’assoit dans une chapelle, on se regarde tout déformé dans une espèce de soucoupe volante. Ce sont des œuvres d’art. Le rapport avec le vin et la vigne? Oh! C’est de l’art, hein, ‘faut pas chercher! Mais il y en a sûrement un. Juste que les explications qu’on trouve nous-même sont peut-être un peu tirées par les cheveux. On boit un petit café. Et on repart. On n’a pas tout compris, mais quand même, c’est sympa de mêler l’art et le vin. Il y en a qui commencent leur nuit dans le bus. Arrivée 19h30. Bon ben c’était une bonne journée, mais maintenant, ‘va falloir avancer sur le devoir de tourisme! »

La vérité est…

Deux versions bien différentes d’un même épisode, donc… Et la vérité dans tout ça? Certains diront qu’elle est ailleurs. Mais le plus vraisemblable, c’est qu’elle se trouve entre les deux! Si vous souhaitez en avoir le cœur net, rendez-vous à votre tour au Château La Coste et vivez votre propre histoire! Et oui, le story telling, c’est ça!

F. Olivieri

En Aveyron, le vin voyage dans le temps

caves-d-entre-deux-monts
Les caves troglodytes d’Entre-Deux-Monts ont conservé les vins à travers les âges

Quelque part dans l’Aveyron, se trouve le village d’Entre-Deux-Monts. A flanc de montagne, épousant les pentes et se fondant dans le paysage comme pour s’y cacher, de drôles de constructions racontent… Elles chuchotent encore des histoires de vignerons et de tailleurs de pierres, de rires, de joie de vivre et de bonne chère. Mais elles murmurent aussi la guerre et la paix, le labeur et la sueur, le sang et les larmes, elles se souviennent encore de l’apogée et du déclin, de la mort et de la renaissance. Elles racontent somme toute l’histoire des hommes de la région et de leur vin, à travers les siècles. Elles le connaissent bien ce vin, elles l’ont protégé hier et le protégeront encore demain, là, dans la montagne. Elles lui ont offert le succès et si l’on tend l’oreille, on entendra peut-être encore résonner son nom d’antan : « le Gamet des Papes ».

Le temps d’une journée, les vignerons de l’Aveyron vous invitent à venir le goûter, le chanter et le célébrer avec eux dans ces caves un peu magiques.

im11912
A l’abri du soleil et de la chaleur, les vins dorment, tranquilles

Le vin à remonter dans le temps ! Story telling to be in

pic

 

Un des modules de notre formation est l’enseignement du Story Telling :

Dans le cadre de ces cours nous avons appris à rédiger des articles liés à une histoire viticole ou à un domaine. Ces cours ont pour but de nous apprendre à valoriser un domaine, un savoir faire ou mettre en avant un évènement, en mettent en place une histoire autour de celui-ci afin d’inciter les oenotouristes à venir participer à notre activité/évènement…

Vous trouverez ci dessous un exemple de storry telling mellant histoire, humour et émotion à travers les caves de l’entre deux monts :

 

Il était une fois un petit homme des montagnes nommé Ambroise, qui, dépassé de voir toutes ces évolutions s’était renfermer dans une petite grotte non loin de l’Aveyron. Ambroise chercha une activité lui rappelant le bon vieux temps ! Le temps où il pouvait boire un bon verre de vin avec ces amis, chanter à tu têtes et s’endormir dans la paille. Ambroise décida donc de partir en pèlerinage à la recherche de ces lieux ornés de souvenir.

Pour sa première escapade Ambroise décida de se rendre à Millau, un charmant petit village gallo-romain situé dans la haute vallée du Tarn. Ambroise fit donc un bon en 1353, il retrouva ce si bon vin de très bonne réputation et les caves du site d’entre-deux-monts avec tous ces différents mouvements de terrain qui affectent le paysage. Il fallut peu de temps à Ambroise pour tomber sur une vieille connaissance, un très bon compère nommé Jean ! Tous deux prirent le chemin du pic de Suèges.

Une fois sur place les deux confrères rencontrèrent leurs vieux amis Alain et Bernard, maintenant partisan de la confrérie des taste-trénels. ils furent comme transporté dans le temps, à une époque où les habitants des villages alentour se retrouvaient le dimanche pour partager un verre de vin et un petit en-cas au pied de ces belles voûtes. Ha ce vin de l’entre deux Mont qu’il est bon chantonnaient ils.

Les compères reprirent leur vie chacun de leur côté mais décidèrent de se donner rendez-vous quelques année après. Mais un jour de mauvais temps, le jour de leur regroupement ils virent que tout avait disparue, les troglodytes étaient désertes, les rassemblements du dimanche et toute cette joie qui remplissait ces plaines étaient maintenant partie en fumé. Mais c’est dans un grand moment de surprise que quelque mois après ils retrouvèrent cette joie et cette bonne humeur autour de ces caves grâce à l’Association de sauvegarde des caves à vin d’Entre-Deux-Monts, qui avaient restauré les caves et ouvert le site pour y réaliser des visites guidés.

Pour conclure notre site de l’entre deux mont retrouva tout son charme et garda ca majestueuse qualité au niveau de ces vins. Nos quatre compagnons vécurent heureux et eurent beaucoup de bon moments ensemble. Le vin de l’entre deux Mont, un vin d’union !

Présentation des caves de l’Entre Deux Monts

Secrets de caves en vallée du Tarn