Vin & gastronomie, regard sur les nouvelles tendances

Le vin et la gastronomie sont de plus en plus représentés à travers les médias. Que ce soit sur les réseaux sociaux, sur les petits et grands écrans et même dans nos libraires, le vin et la gastronomie sont partout.

Changement et habitude de consommation

Image représentative du Food PornLa gastronomie et le vin ont longtemps été considérés comme des pratiques élitistes, réservées à une classe sociale aisée. En effet la gastronomie telle que nous la connaissons aujourd’hui est le fruit d’une histoire dense, qui a vu les pratiques et les rites évolués. Tant qu’a l’art de boire il a longtemps était associé à la religion chrétienne. Aujourd’hui bien manger et bien boire n’est plus réservé à l’élite mais est une pratique qui rassemble toutes les couches sociales. Elle prend des formes différentes, de la gastronomie de luxe au Fast Food, mais elle concerne toute la population, elle est devenue un élément de notre culture, de notre identité.

Aujourd’hui manger ce n’est pas se nourrir, manger c’est transformer, c’est s’approprier une histoire, un terroir, une tradition en impulsant une forme de modernité, en se ré appropriant notre fameux « art de vivre  » à la française. Instagram et la gastronomie

La gastronomie est partout. On parle de même de Food Porn. Le Food Porn est définit comme un phénomène culinaire et social. Il désigne le fait de photographier sa nourriture puis de partager ses photos avec ses amis, fans, followers sur les réseaux sociaux. Le terme Food Porn est issu du terme « Food Pornography » utilisé pour la première fois dans l’ouvrage Female Desire de Rosalind Coward. Ce terme visait d’abord à symboliser la façon dont les magazines et revues féminines mettent en valeur la photographie grâce à des photos éclairées et retouchées.

Le « Food Porn » permet à travers les réseaux sociaux d’affirmer sa personnalité à travers ses goûts culinaires, dis-moi ce que tu manges je te dirais qui tu es ?… Ce phénomène est amplifié par l’apparition et la multiplication des réseaux sociaux mais aussi la sophistication des nouvelles technologies. En effet depuis l’explosion des publicités alimentaires entre les années 80 et 90, le visuel en terme de gastronomie à pris une place considérable. Certains appareils photos possèdent désormais des réglages spécifiques pour la nourriture.Aujourd’hui le plaisir visuel et presque aussi important que le plaisir gustatif. Les aliments sont starifiés, exagérés, magnifiés, mais aussi sublimés par les filtres comme Instagram.

 

Evolution des supports médiatiques

L’évolution des supports médiatiques de ces dernières années est marquée par une rupture avec une certaine forme de classicisme. Les grands guides, atlas des régions viticoles, manuel de Image représentative des livres de cuisine des années 1900dégustation, véritable bible du savoir manger et déguster, on laissés place à des supports différents témoignant d’une envie de briser les codes et de s’inscrire dans une forme de modernité.

Image représentative des livres de cuisines des années 2010L’apparition de la photo à considérablement changée notre rapport au texte, l’image prenant le dessus sur l’écriture.

De même que les livres de recettes du 20ème siècle illustrés par des images de chefs toqués et fouet à la main, donnant les recettes de plats traditionnelles très classiques, ont laissés place à des livres toujours plus originaux de chef qui ne ressemblent pas à des chefs, à des recettes qui ne ressemblent plus à des recettes, tout est ré inventés, un nouveau monde en somme. On peut par exemple comparer un ouvrage culinaire « Dans ma cuisine » écrit par le célèbre chef étoilé Alain Bocuse, très classique et illustrant une certaine image de la tradition gastronomique française (1982), avec un ouvrage réalisé plus récemment mettant en scène des recettes à travers leurs chefs et notamment les tatouages de ceux ci ; En effet le livre « Knive& Inks » (2016) écrit par Wendy Macnaughton raconte l’histoire de chefs et de la symbolique derrière leurs tatouages, le tout illustré de recettes modernes et originales.

 

Clichés : De l’image à la réalité

Le vin et la gastronomie donnent souvent lieu à des représentations de clichés mettant en scène une certaine image de la famille, de la séduction et même des hommes et femmes. De même que Image issus d'un film célèbre mettant en scène le couple et l'image du vinl’évolution dans l’histoire de la gastronomie et du vin, les clichés associés notamment aux sexes ont évolués.

Aujourd’hui le regard féminin, l’élégance de celles-ci est mise en avant. On retrouve donc de plus en plus de femme dans les concours culinaires de même que dans les blogs, et autres supports médiatiques.

Une certaine image de la femme et la représentation du champagne dans la séduction
On peut citer une étude faite par le docteur Foued Cheriet (maître de conférence a Montpellier Sup Agro) en 2015 et 2016. Celui-ci a visionné quarante-sept films, tournés entre 1970 et 2014, tous de grands succès au box office, avec ses élèves . Le nombre de film avec présence de scènes incluant du vin est de 92%, certains avec des placements de produits (noms de le marque apparente). Les clichés sur le vin sont présents et exacerbés (vin rouge en famille, vin rosé à la plage, champagne dans les scènes de séduction, le rouge pour les hommes, le blanc pour les femmes…).

Dans ce cadre il est important de citer notamment la lois Evin du 10 janvier 1991. Cette loi vise à limiter l’apparition du vin comme produit marketing. Elle interdit toute transaction financière visant à faire apparaître une bouteille d’alcool dans un film. Elle encadre la publicité des boissons alcoolisées mais ne l’interdit pas. Cependant le vin et le champagne n’ont pas pour autant disparus des écrans de télévision en ce qu’ils continuent de définir pour les réalisateurs des symboles distinctifs de comportements sociaux. La bouteille est donc placée en second plan et l’étiquette à moitié caché. Le vin est représenté à travers des valeurs qui sont des marqueurs sociaux permettant de définir les personnages socialement; Une bouteille de Châteaux Margaux n’a pas la même dénotation qu’une bouteille de beaujolais nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *